Les étapes pour devenir micro-entrepreneur
Les étapes pour devenir micro-entrepreneur

Devenir micro-entrepreneur : les étapes indispensables

1- Créer sa micro-entreprise

Le régime Micro-Entrepreneur, appelé anciennement Statut Auto-Entrepreneur, a été créé le 1 janvier 2009. Il permet d’entreprendre de manière individuelle en optant pour un régime fiscal et social simplifié. Effectivement, ce régime a pour objectif de faciliter la vie administrative et fiscale de l’entrepreneur sous condition de chiffre d’affaires.

La création d’une micro-entreprise est ouverte à tous : chômeur, salarié en CDD ou CDI (temps partiel ou temps plein), retraité, mineur âgé d’au moins 16 ans (à condition d’être émancipé), étudiant et chef d’entreprise. Si vous avez l’intention de concrétiser une idée création d’entreprise, il est important de connaître les particularités du statut de micro-entrepreneur. Cela s’applique également si l’on a décidé de créer son business en ligne.

Pour bénéficier de ce régime, il faut respecter un plafond de chiffre d’affaires :

  • 170 000 € pour la vente de marchandises.
  • 70 000 € pour une prestation de services.

Voici les papiers nécessaires à la création :

  • 1 copie recto-verso de la carte nationale d’identité ou du passeport, en cours de validité,
  • Déclaration de non-condamnation et de filiation,
  • 1 justificatif de domicile datant de moins de 3 mois.

Pour créer votre micro-entreprise, vous pouvez faire confiance à Hello My Business : un service d’accompagnement et d’information des micro-entrepreneurs. Vous obtiendrez votre SIRET en quelques clics.

2 – Obligation comptable et compte bancaire

Les obligations comptable du micro-entrepreneur sont simplifiées. Il devra alors simplement tenir à jour un livre des recettes ou un registre des achats (selon son activité).

Voici les mentions obligatoires à faire figurer dans le livre des recettes :

  • le montant et l’origine des recettes,
  • le mode de règlement,
  • et les références aux pièces justificatives.

En tant que micro-entrepreneur, lorsque vous effectuez une vente ou une prestation, vous procurez une facture à votre client. Celle-ci doit comporter des mentions obligatoires. Vous devez conserver une copie de cette facture pendant 10 ans.

L’avantage principal du régime du micro-entrepreneur est d’être exempté de TVA.

Depuis la loi Pacte du 22 mai 2019, le compte bancaire dédié n’est plus obligatoire pour les micro-entrepreneurs ayant un chiffre d’affaire en dessous de 10.000 euros pendant 2 années consécutives. Néanmoins, il est conseillé d’avoir un compte bancaire dédié à son activité si vous avez décidé de concrétiser une idée création d’entreprise ou de lancer un business en ligne.

3 – Les charges sociales

Le taux de versement de cotisation sociale varie selon l’activité :

  • Achat/revente de marchandises, vente de denrées sur place ou prestation d’hébergement* : 12,8  %
  • Prestations de services commerciales ou artisanales : 22 %
  • Activités libérales : 22 %

* Excepté location d’habitation meublée ( 22 % ) et location d’habitation meublée de tourisme ( 6 % ).

Les cotisations sociales sont à régler selon la périodicité choisie lors de votre déclaration, c’est-à-dire mensuellement ou trimestriellement. Vous pouvez effectuer la déclaration et le paiement des cotisations sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr .

4 – Choisir une assurance et mutuelle

En tant que micro-entrepreneur, vous engagez votre responsabilité civile lors de l’exercice de votre activité. D’autant plus que des poursuites peuvent être engagées à votre encontre si vous causez quelconques préjudices. C’est valable aussi bien pour les entreprises classiques que pour les business en ligne.

De nombreuses assurances de responsabilité civile professionnelle sont à votre disposition pour parer tous les risques liés à l’activité exercée. Il existe également diverses mutuelles complémentaires vous permettent ainsi de compléter les remboursements santés.

5 – Connaître les aides possibles

Si vous êtes au chômage, vous pouvez bénéficier de deux aides possibles :

  • Le maintien de vos droits pôle emploi qui seront impactés selon le chiffre d’affaire que vous réalisez.
  • L’ARCE (Aide à la Reprise et à la Création d’une Entreprise ) qui correspond au versement en 2 fois avec 6 mois d’intervalle ) de 45% de vos droits pôle emploi.

Il existe également l’ACRE qui permet au micro-entrepreneur de bénéficier d’une exonération partielle des cotisations partielles les premières années. À compter du 1er janvier 2019, tous les créateurs d’entreprise bénéficient automatiquement de l’ACRE.

Menu