L’économie de l’usage, un modèle d’affaires innovant
Qu’est ce que l’économie de l’usage, le nouvel eldorado des startups ?

L’économie de l’usage : un modèle d’affaires innovant

 

L’économie de l’usage, est un terme encore très peu connu des entrepreneurs. Pourtant, ce modèle d’affaires innovant semble être une alternative idéale au business model traditionnel.

En effet, le contexte économique actuel a engendré plusieurs problématiques économiques et écologiques : surconsommation des ressources, baisse des salaires et du pouvoir d’achat, délocalisation, etc. Les conséquences sont nombreuses et parfois désastreuses.

Par ailleurs, celles-ci impactent directement le seuil de rentabilité des entreprises elles-mêmes. Pour les entreprises classiques, la solution qui s’impose alors est d’augmenter le volume des ventes, tout en réduisant les coûts de production. Cependant, cette réponse entraîne un cercle vicieux, dans lequel maîtrise des coûts et obsolescence sont les maîtres-mots.

En quoi consiste l’économie de l’usage ?

L’économie de l’usage, aussi appelée économie de fonctionnalité, propose un modèle qui met en avant la vente de l’usage du produit. Il n’y a donc pas de transfert de bien entre le fabricant et le client. Le produit reste la propriété de l’entreprise, qui ne fera payer au consommateur que son utilisation.

Ce qui fait passer d’un système de paiement ponctuel à un système de paiement récurrent à la manière d’un abonnement.

• L’économie de l’usage appliquée sur le secteur de la pneumatique par Michelin

C’est le cas notamment de Michelin. Malgré la valeur ajoutée à son produit en matière d’économie de carburant, l’entreprise n’arrivait pas à vendre ses pneus à un prix plus élevé que ceux de ses concurrents.

Grâce au modèle de l’économie de l’usage, Michelin a su contourner cette problématique en proposant la facturation au client en fonction du kilomètre parcouru.

• L’économie de l’usage appliquée à la vente d’ebook par TotalBoox

TotalBoox quant à elle, a su contrer de manière innovante la baisse des ventes dans le milieu du livre électronique. Diminution due au fait que le client ne peut pas feuilleter le livre avant de l’acheter, comme il le ferait dans une librairie. L’entreprise a donc mis en place un système de facturation à la page lue.

• L’économie de l’usage appliquée par Nordaq dans la vente d’emballage

De son côté, l’entreprise Nordaq a décidé de s’attaquer au problème de l’emballage et du transport de l’eau minérale en abandonnant le paiement ponctuel au paiement récurrent.

Pour contrer les effets de la surconsommation et de la pollution, cette compagnie met à la disposition des restaurateurs, une machine permettant de sur-filtrer l’eau du robinet. Ce traitement lui donne ainsi un goût très pur, comparable à celle de l’eau en bouteille.

Dans son modèle d’affaires, Nordaq propose un prélèvement récurrent en fonction du nombre de litres d’eau filtrée.

• L’économie de l’usage appliquée au secteur de l’hôtellerie par Km127

Dans un tout autre domaine, la société Km127 va ouvrir en 2019 son premier hôtel par abonnement. Elle privilégie l’usage d’un hébergement exceptionnel sur la possession d’une résidence secondaire en échange d’un paiement récurrent répétitif.

L’économie de l’usage : un modèle d’affaires innovant

Des avantages économiques et écologiques

Pour les entreprises basées sur ce business model, cela représente un réel avantage économique.

• L’économie de l’usage permet de les prix tout en augmentant la marge de profit

Effectivement, une fois l’équipement acquis, les dépenses ne concernent plus que la maintenance des machines et les salaires des employés. Soit, un coût nettement inférieur à celui engendré par la production de masse pour la vente des machines elles-mêmes. Ce qui permet à l’entreprise de baisser ses prix, tout en augmentant sa marge de profit.

• Economie de l’usage est synonyme de revenu récurrent

Le paiement récurrent engendre automatiquement une source de revenu récurrent à la manière d’un abonnement. Ce qui permet aux entreprises ayant choisi l’économie de l’usage de stabiliser leur revenu et de disposer d’une trésorerie plus prévisible.

• L’économie de l’usage favorise la fidélisation client

Un autre avantage d’opter pour un modèle économique basé sur le paiement récurrent est la fidélisation client. Le paiement récurrent permet en effet de mieux exploiter sa base client. Chaque client acquis est synonyme d’un prélèvement récurrent à moyen et à long terme. Ce qui permet également au paiement récurrent de réduire les besoins budgétaires liés à l’acquisition client. Chaque client acquis le restera à moyen et à long terme.

• Qualité et durabilité sont les maîtres mots de l’économie de l’usage

Par ailleurs, ce modèle apporte également des solutions aux problématiques soulevées par la crise économique. Alors que le modèle traditionnel, a lancé la tendance de la main d’œuvre pas chère et de l’obsolescence programmée, l’économie de l’usage prône la qualité et la durabilité.

Étant donné que l’équipement doit durer le plus longtemps possible, il doit être de bonne qualité et bien entretenu. Ainsi, une main d’œuvre qualifiée est nécessaire, ce qui implique des salaires plus élevés. Mais comme ce modèle est plus rentable, cela n’est pas problématique.

À l’inverse des business model classiques dans lesquels rappelons-le, il est indispensable de maîtriser les coûts pour conserver une certaine rentabilité.

• L’économie de l’usage répond aux problématiques économiques et écologiques actuelles

Enfin, l’augmentation de la durée de vie des équipements permet de diminuer la consommation des ressources nécessaires à leur fabrication. L’économie de l’usage semble donc être une alternative idéale aux problématiques économiques et écologiques actuelles.

En résumé, ce modèle basé sur le paiement récurrent s’inscrit parfaitement dans les principes de la Responsabilité sociale d’entreprise (RSE) et de l’Économie circulaire.

Quelques inconvénients de l’économie de l’usage

L’inconvénient majeur est que ce business model demande souvent un gros investissement pour la fabrication de l’équipement. Il est donc indispensable de rechercher du financement auprès des banques ou d’éventuels actionnaires.

De plus, l’économie de fonctionnalité ne peut pas s’appliquer à tous les biens. En effet, les produits à usage unique s’intègrent difficilement à un business modèle basé sur le prélèvement récurrent. C’est le cas notamment des denrées alimentaires.

Cependant, certaines entreprises ont tout de même réussi à contourner cela. Sachefem par exemple, est une entreprise allemande qui propose la location de solvants chlorés, utilisés pour dégraisser les pièces métalliques. Une fois utilisé, l’entreprise récupère le produit chimique pour le recycler, offrant donc une solution au problème de pollution que posait l’usage de ce produit.

Ainsi, si vous recherchez une solution innovante pour rentabiliser votre entreprise actuelle, ou tout simplement pour démarrer une startup, l’économie de l’usage est une piste à prendre en compte. En effet, ses principes écologiques et économiques, alliés à la rentabilité qu’offre le paiement récurrent en termes de bénéfices, en font certainement l’un des principaux modèles d’affaires de l’avenir.

L’application Payfacile s’inscrit dans ce mouvement en facilitant la mise en place de business model innovants basés sur la facturation à la consommation. Grâce à elle, les PME / TPE et même les auto-entrepreneurs ont accès à une technologie clé-en-main leur permettant de s’affranchir des coûts de développements informatiques nécessaires à l’introduction et au management des clients facturés à l’usage : un système de gestion des abonnements et de paiement récurrent.

Menu